• Les vacances sont arrivées, Poupette qui pensait pouvoir enfin se détendre n'a pas vraiment le temps pour ca, la coelioscopie approche à grand pas et il y a pas de choses à faire... Poupette sait que suite à la coelioscopie, elle ne pourra pas se mouvoir comme elle le souhaitera... Elle fait donc tout ce qu'il y a à faire à savoir récupérer ses médicaments (de l'arnica en homéopathie à prendre les 3 jours précédent l'intervention et de la Bétadine rouge pour la fameuse douche la veille le jour même de l'intervention...

    Elle a été faire sa prise de sang et son prélèvement vaginal (prélèvement qui s'est fait dans la salle de transfert FIV, Poupette le sent, c'est un signe...)

    Le ménage est fait, les courses aussi, le linge est à jour... Mister n'aura rien à faire !

    Le 21 juillet, Poupette a rendez vous chez l'anesthésiste... son dossier est prêt et elle est déjà rentrée dans le logiciel (ce ne sera que la troisième opération en anesthésie générale pour Poupette...tiens encore le chiffre 3, décidemment Poupette fait tout par 3 (sauf son couple qu'elle préfère à deux et si elle réussi à enfin tomber enceinte, un à deux sen même temps ira merci ! lol) en tout cas, si elle doit passer par les FIV, elle sent qu'elle va retrouver ce chiffre encore une fois (pourvu qu'elle se trompe !!!)

    Nous sommes le 23 juillet, Poupette prépare ses affaires : un livre avec en marque page, le magnifique faire-part de naissance que des clients adorables lui ont offert (la petite Stella l'accompagnera), une serviette et une protection hygiénique au cas où... le sac est léger car Poupette sera en service Ambulatoire (elle rentre le matin même à 7h et doit rentrer chez elle le soir...).

    Poupette prend sa super douche à la Bétadine (le genre de produit qui t'assèche le corps et les cheveux magnifiquement bien !!!).

    Le stress monte un peu, la nuit va être compliquée si Morphée décide de ne pas venir...

     

     


    votre commentaire
  • "6 heures du mat' j'ai des frissons [...] chacun fait fait fait c'qui lui plait plait plait..." Ca commence bien, Poupette déraille...

    Enfin bref nous disions 6 heures du matin, Poupette se lève et reprend une super douche à la Bétadine... La nuit fut très courte, Morphée n'ayant pas daigné passer, cette coquine a préféré laisser Poupette et ses pensées divaguer... ce n'est pas grave, avec l'anesthésie Poupette va dormir c'est sûr !

    Mister se lève quelques minutes plus tard, le pauvre est tendu, ca le gonfle de voir Poupette subir des examens douloureux mais bon, c'est pour la bonne cause et peut être vont ils savoir ce qui cloche en plus car forcément, il y a quelque chose qui doit coincer !  6h30 : il faut y aller !

    A 7 heures, Poupette et Mister sont à l'acceuil... et pas seuls ! D'autres personnes doivent passer en ambulatoire...

    7h30 : Poupette est dans sa chambre, elle enfile sa superbe blouse bleue, une blouse très sexy et échancrée au dos (c'est plus poétique que de dire "une blouse avec vue sur ton c**" nan ?  

    L'intervention doit avoir lieu entre 9heures et 11 heurs

    A 8h30, Poupette renvoie Mister à la maison... le fait de le voir tourner comme un lion en cage la stresse un peu... et puis il sera plus utile à la maison (le lave vaisselle a décidé de faire grève et comme Mister est un "touche à tout", sa mission sera de réparer le coquin et de se reposer, Mister en a besoin !)

    10 heures : Poupette, qui était plongée dans son livre reçoit la visite du brancardier, ca veut dire qu'il faut y aller !

    10h30 : La perfusion est posée, les électrodes aussi, Poupette plaisante un peu avec les infirmières (et infirmiers forts mignons... pardon Poupette divague encore ! lol ). Une des infirmières comptait sa super soirée de la veille, Patrick bruel était passé en concert dans le coin...

    On installe donc Poupette sur la table d'opération, les fesses bien en bas, une jambe dans chaque "étrier", les bras bien contre le cœur et un masque à oxygène sensé commencer à détendre Poupette...il fait sacrément froid dans cette pièce ! Un des anesthésiste pense in-extremis à injecter un produit anti nauséeux (il a du voir que Poupette devenait de plus en plus livide)...ouf le produit agit très vite...

    Poupette sent un autre produit se diffuser en deux fois dans ses veines, surement le produit anesthésiant car sa tête commence à tourner sacrément... Poupette préfère fermer les yeux et respire un grand coup... et là... RIDEAU !


    2 commentaires
  • Poupette rêve, elle est en train de discuter avec une amie quand celle ci lui crie "REVEILLE TOI" !!!

    Poupette ouvre les yeux d'un coup, elle se sent littéralement perdue, "bon sang mais où suis-je déjà ?!!"... Autour d'elle des infirmières, "ha oui c'est vrai : la cœlioscopie !" se remémore t elle...

    On lui enlève la sonde d'intubation de la trachée, ca fait mal et Poupette encore très ensuquée à l'impression d'être agressée (en fait c'est juste que ca fait mal et Poupette a déjà eu une très mauvaise expérience avec ces sondes qu'on enfonce notamment lors des endoscopies... Elle voudrait tousser mais a trop mal au ventre pour y arriver, elle voudrait pleurer, s'enfuir en courant mais ses jambes tremblent énormément, elle a beau essayer de se calmer et de se retenir à trembler, c'est impossible... il fait vraiment vraiment très froid !!!! Une infirmière le constate et vient insérer un gros tube relié à un chauffage soufflant sous sa couette... les tremblements cessent, ca va un peu mieux !

    Poupette tourne la tête de part et d'autre, elle est en salle de réveil... c'est la première fois qu'elle se réveille en dehors de sa chambre, c'est déstabilisant...

     A sa gauche, un lit à barreaux : un petit bonhomme d'à peine 4 ans vient lui aussi de se faire opérer et se réveille, quel petit guerrier, il ne pleure pas et ne se plaint pas, il tend juste les bras pour son doudou et se repose... Poupette a honte, même un petit bout semble plus courageux qu'elle.

    A sa droite, un monsieur vient d'être installé... encore dans le gaz, il rejette violemment les couettes et forcément, il est tout nu... Poupette voudrait rire en pensant à ce qu'elle dira à son homme, il y avait non seulement des jeunes infirmiers fort mignons qui l'auront vu presque nue mais en plus un homme nu était à ses côtés...mais encore une fois la douleur la calme de tout mouvement... Poupette préfère regarder le plafond, ils ont du mettre la dose question anesthésiant !!!

    les infirmières dont celle qui a été voir Patriiiiiiick reviennent vers Poupette, elles s'assurent de l'état de Poupette qui a du mal à parler (trachée encombrée, impossible de tousser ...) elles changent Poupette de coin de salle, ce qui veut dire que Poupette remonte bientôt...

    Poupette a vraiment du mal à émerger ... mais comprend très bien ce que Docteur Miracle, qui vient de rentrer dans la salle de réveil lui dit... cette phrase va résonner un sacré moment...

    "Madame Poupette, l'intervention s'est très bien passée, nous savons pourquoi les IAC n'ont pas fonctionné... vous aviez raison... Madame Poupette, vous souffrez d'endométriose..."

    Endométriose

    ENDOMÉTRIOSE 


    1 commentaire
  • Sur ces conclusions, Poupette est ramenée dans sa chambre, il est plus de 13 heures... elle a mal aux épaules et aux cervicales (conséquence du gaz injecté dans le corps)

    Le temps que Mister arrive, Poupette est laissée seule face à ses pensées...

    D'un côté elle est soulagée, elle n'aura pas subie tout ca pour rien... elle ne peut s'empêcher de ressentir de la colère : c'est la deuxième fois qu'elle ne se trompe pas.

    Déjà après la cônisation, elle avait sentie que son col serait récalcitrant, elle avait "perdu" du temps et s'était cru folle jusqu'à ce qu'on veuille bien la croire...

    Puis vient cette endométriose qu'elle avait sentie... elle savait que c'était héréditaire ... elle sentait que ces douleurs violentes que seule la codéine calmait n'était pas dans sa tête, elle sentait que ces douleurs n'étaient pas normales comme on a pu le lui dire si souvent... pourquoi diable n'avait on pas fait cet examen plus tôt ??? (surtout qu'une simple IRM aurait pu détecter le problème, même les filles du forum s'était étonnées que Poupette ne la fasse pas avant de commencer les IAC) 

    Poupette a l'impression d'avoir perdu tellement de temps et d'argent (et d'en avoir fait perdre à la sécurité sociale... si plein de personnes avaient vécu cette situation, elle comprend qu'une partie de ce "trou sécuritaire" aurait pu être évité !)

    Poupette ose lever son drap et la poche à glaçons : un pansement au nombril, un au pubis et un à hauteur de l'ovaire gauche... forcément c'est quand cet ovaire travaillait que les règles étaient douloureuses ! Et c'est toujours la jambe gauche qui était douloureuse !!!

    Mister arrive au moment où Poupette tente de se redresser (les lits en ambulatoire ne sont pas d'un grand confort...enfin ca glisse surtout !!!)

    Poupette fait un compte rendu à Mister... Mister est soulagé car l'intervention aura servi à quelque chose mais est déçu lui aussi, déçu qu'on ai pas écouté Poupette plus tôt... il lance une petite pique à Poupette : "Allez vas y tu peux le dire que tu avais raison comme toujours", réflexion qui redonna le sourire à Poupette (elle aimerait rire mais ca fait encore trop mal). Poupette aurait du dire à Mister de lui prendre ses lunettes car ses yeux tirent beaucoup... comme une belette, elle n'a prit que ses lunettes de soleil... Tant pis, elle jouera aux stars.

    Une infirmière passe et s'assure que Poupette aille bien... Poupette commence déjà à râler et c'est bon signe ! lol ! Apres un verre d'eau et un passage aux toilettes, ca va mieux, plus qu'une heure à attendre et Poupette pourra rentrer.

    A 17 heures, après quelques pas (Poupette ne tenant pas couchée) un yaourt et une compote, on refait les pansements de Poupette, on lui retire son cathéter, on fait signer des papiers d'autorisation à Poupette ainsi qu'à Mister une attestation selon laquelle c'est lui qui conduira (en même temps, Poupette n'arrive déjà pas à marcher sans être penchée alors conduire...) et Poupette est libre...

    Encore un passage au secrétariat du centre de PMA pour récupérer le compte rendu  de l'intervention ainsi que l'arrêt maladie et une ordonnance médicale et Poupette pourra enfin rentrer.


    3 commentaires
  • La clinique et le centre PMA ne sont qu'à quelques mètres l'un de l'autre mais Poupette ira en voiture (à pied, elle va mettre une heure !)... pour la première fois au centre, elle ne rechigne pas pour prendre cet engin de malheur intitulé l'ascenceur... Poupette a l'impression d'avoir prit 50 ans en une journée, ca fait beaucoup rire Mister.

    Au secrétariat, on lui donne les papiers, Docteur Miracle étant déjà partie, Poupette attendra jusqu'au 5 septembre, date de son rendez vous post opératoire pour avoir des réponses et savoir ce qu'ils feront ensuite : poursuite des IAC ou FIV ???

    Poupette a des anti douleurs si jamais ca n'allait pas. Afin de reposer son corps, on lui prescrit une injection d'ENANTONE qu'une Infirmière à Domicile devra venir lui faire dès le premier jour des règles, l'injection fera effet 3 mois ...

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    L'enantone est en fait un produit qui va lui stopper ses règles et faire chuter les taux d'hormone...

    en clair, à 27 ans, Poupette va être artificiellement Ménopausée 

    (et une nouvelle à digérer en plus, une !!!)

    Et qui dit Ménopause dit effets secondaires comme des "bouffées de chaleur", Poupette sera aidée avec du zoely en comprimé...

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Une fois arrivée chez eux, Poupette lit le compte rendu opératoire... enfin pas le déroulement mais seulement les conclusions :

    - bien que laissant passé le " bleu" (produit de contraste injecté pour vérifier que les trompes ne sont pas bouchées)       les trompes sont rigides et sinueuses : Voyez vous la route que vous avez à emprunter quand vous allez en station de ski ? Les trompes de Poupette sont pareil (neige et verglas en moins)... les Pavillons sont étroits aussi (Poupette attend septembre pour savoir s'il y a une incidence à ca... 

    - Endométriose péritonéale et tubaire expliquant l'absence de grossesse (stade 2) en clair, on a retiré de l'endométriose à Poupette sur l'intestin (expliquant ainsi les douleurs de ventre, les contractions au moment des règles qui donnait à Poupette l'envie innommable de "pousser" à chaque crise, les troubles alimentaires et très surement les problèmes de poids...) ainsi qu'aux trompes (expliquant pourquoi Poupette avait mal à sa jambe et pourquoi les spermatozoïdes ne pouvaient remonter jusqu'aux trompes... décidemment les obstacles étaient partout)

     

     


    votre commentaire
  • Qu’est-ce que l’endométriose ?

    L’endométriose est une maladie chronique, généralement récidivante

    qui touche 1 femme sur 10, en âge de procréer.

    L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus  provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

    Elle touche potentiellement toutes les femmes réglées. Et lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques.

    L’endométriose est une maladie complexe. On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais « des » endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre…

    Il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre.

    Aujourd’hui, l’endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de cinq années, durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes. Selon les sources, cette maladie toucherait de 1 femme sur 20 à 1 femme sur 10.

    Source : http://www.endofrance.org/quest-ce-que-lendometriose/

    L'endométriose est une maladie trop peu connue hélas... N'hésitez pas à aller sur le site d'ENDOFRANCE (lien ci dessus)

    Vous trouverez toutes les informations nécessaires !!! 


    votre commentaire
  • Généralement de nature speed et qui ne tient pas en place, Poupette a passé les 3 jours suivant l'intervention allongée, de toute façon elle ne peut rien faire d'autre avec ses pansements et ses douleurs...

    Elle a bien essayé de descendre ses 4 étages pour prélever le courrier : la descente s'est passée difficilement et la remontée encore plus... même sa voisine du troisième étage, âgée de 76 ans allait plus vite qu'elle et lui a proposé son aide, ce à quoi Poupete a décliné et puis est retournée... se coucher !

    Ces instants ont laissé à Poupette le temps de se renseigner un peu plus sur l'endométriose, elle a trouvé de nouveaux groupes de soutient et y a même retrouvé des amies de galère qu'elle connaissait déjà...

    Le plus dur pour Poupette fut l'après coup de l'anesthésiant, la plongeant dans une grosse déprime, à pleurer pour un rien, à ne faire que des micro sommeils sans réussir à faire de vraies nuits reposantes et à se sentir ensuquée au plus haut point... cet état commença dès le jour de l'opération (vendredi 25) et commença à s'estomper le mercredi 30 juillet...

    Poupette eu plusieurs crises de douleur dont une importante le samedi soir, inquiétant tellement Mister qu'il songea plusieurs fois à l'emmener aux urgences... la crise dura jusqu'à au moins une heure du matin (pauvre Mister, il travaillait le lendemain lui !) et s'estompa quand Poupette, au bout de 2 dafalgan 500 et 3 codolipranes (codéine) s'endormit complètement abrutie par les tranquillisants... 

    Il fallut une grosse semaine à Poupette pour parvenir à se tenir droite... à ce jour (nous sommes le 31 juillet) Poupette n'a pas encore reprit le volant (il faudra bien car Poupette reprend le travail lundi 4 aout prochain), cette semaine de vacances suivit de l'arrêt n'auront pas été de tout repos (d'autant plus que Poupette en avait rêvé de cette semaine de vacances, la deuxième depuis plus d'un an soit avril 2013) et les points de Poupette ne sont pas encore tombés...

    Ne reste plus qu'une étape : l'injection d'ENANTONE

    Des vacances "reposantes"...mouais !!!


    1 commentaire
  • Mercredi 30 juillet 2014 : Alors que Poupette est en train de rassembler les papiers nécessaires à la signature du prêt (demande de prêt qui fut très épique, la première banque choisie ayant été lente et peu honnête, il a fallut prendre une autre banque en catastrophe) une douleur fulgurante vient la frapper.... cette douleur, elle ne la connait que trop bien... les anglaises débarquent ca y est !!! La douleur est forte mais moins que les précédentes, ce qui prouve que l'endométriose était vraiment la coupable de sa souffrance ...

    Poupette appelle l'infirmière à domicile pour cette fameuse injection d'enantone...Mercredi 30 juillet : bonnes vacances fertilité de Poupette !

    L'infirmière arrive 1h30 après et procède à l'injection (aie !!!)

    Le point d'injection gonfle telle un œuf de caille, Poupette fait un léger malaise mais ca passe... elle qui pensait faire sa première soirée avec des amis sans douleur s'était trompée...

    L'injection est faite... Poupette est officiellement en ménoPAUSE artificielle pour 3 mois soit jusqu'à fin octobre à peu près..

    le soucis est que le produit peut mettre 3 à 6 mois supplémentaire pour se dissiper et que les règles reviennent... de toute façon il fallait la faire, nous verrons la suite des évènements...

    Il existe nombre d'effets secondaires différents d'une femme à l'autre dont bouffées de chaleur, prise de poids (Poupette espère cet effet là!) fatigue intense, perte de libido... Poupette verra bien...

    Affaire à suivre... 

     

    Mercredi 30 juillet : bonnes vacances fertilité de Poupette !


    votre commentaire
  • Enantone : Indications thérapeutiques

    ·         Traitement de l'endométriose à localisation génitale et extragénitale (du stade I au stade IV).

    L'expérience clinique relative au traitement de l'endométriose est limitée aux femmes âgées de 18 ans et plus.

     

    Enantone lp 11 25 mg : Posologie et mode d'administration

    Endométriose :

    Une injection sous-cutanée ou intra-musculaire à renouveler tous les 3 mois.

    Durée : l'endométriose, quel que soit le stade, sera traitée au maximum durant 6 mois.

    Toutefois, dans les cas associés à une symptomatologie pelvienne chronique et en l'absence de désir immédiat de grossesse, la durée de traitement peut être portée à un an en associant ENANTONE à une hormonothérapie de substitution (« add-back therapy ») à partir du 3e mois.

    Le schéma thérapeutique validé est: ENANTONE en association avec du valérate d'oestradiol micronisé 2 mg par jour administrée par voie orale et de la promégestone 0.5 mg par jour administrée par voie orale.

    Il n'est pas souhaitable d'entreprendre une seconde cure par ENANTONE ou par un autre analogue de la GnRH.

     

     Enantone lp 11 25 mg : Propriétés pharmacodynamique

    Classe pharmacothérapeutique: ANALOGUE DE L'HORMONE ENTRAINANT LA LIBERATION DE GONADOTROPHINES.

    Code ATC: L02AE02.

    La leuproréline est un nonapeptide de synthèse analogue de la GnRH naturelle. Les études conduites chez l'homme comme chez l'animal ont montré qu'après une stimulation initiale, l'administration prolongée de leuproréline entraîne une diminution de la sécrétion gonadotrope, supprimant les fonctions testiculaires chez l'homme ou entraînant une atrophie du tissu endométrial utérin et ectopique chez la femme. Cet effet est réversible à l'arrêt du traitement.

    Une diminution de la sensibilité des récepteurs périphériques à la GnRH a été également évoquée à la suite de certaines études animales. Il s'agit d'un effet direct par diminution de la sensibilité des récepteurs périphériques à la GnRH.

    Chez la femme, l'administration prolongée de leuproréline entraîne une suppression de la sécrétion d'estradiol et ainsi une mise au repos du tissu endométriosique.

    Dans le cadre du traitement de l'endométriose par ENANTONE combiné à une hormonothérapie de substitution (« add-back therapy »), des données cliniques sur une période thérapeutique de un an ont été obtenues avec le schéma posologique comportant du valérate d'oestradiol micronisé 2 mg par jour administré par voie orale et de la promégestone 0.5 mg par jour administrée par voie orale.

     

     

    Enantone lp 11 25 mg : Mises en garde et précautions d'emploi

    Mises en garde spéciales

    Il existe un risque accru de survenue de dépression incidente (qui peut être sévère) chez les patients traités par agonistes de la GnRH, tels que la leuproreline. Les patients doivent être informés en conséquence et traités de façon appropriée si des symptômes apparaissent.

    Une apoplexie hypophysaire peut survenir de façon très rare lors de la première administration chez des patients présentant un adénome hypophysaire, en particulier gonadotrope. Les symptômes qui peuvent évoquer cette pathologie sont des céphalées et des troubles visuels.

    Endométriose :

    L'absence de grossesse sera vérifiée avant toute prescription de ce médicament.

    En cas d'association d'une hormonothérapie de substitution au traitement de l'endométriose par ENANTONE, les mises en garde et les précautions d'emploi des estroprogestatifs doivent être respectées.

    L'administration d'une injection d'ENANTONE L.P.11,25 mg entraîne dans tous les cas une aménorrhée hypogonadotrophique.

    En dehors du premier mois de traitement, la survenue de métrorragies au cours du traitement est anormale et doit conduire à la réalisation de dosages du taux d'estradiol plasmatique. Si celui-ci est inférieur à 50 pg/ml, une recherche d'éventuelles lésions organiques associées doit être effectuée.

    Dans le cas d'un traitement de l'endométriose associant ENANTONE et une hormonothérapie de substitution (« add-back therapy »), des métrorragies peuvent se produire, en relation avec le traitement hormonal de substitution.

    En cas d'association de l'hormonothérapie de substitution au traitement de l'endométriose par ENANTONE, des précautions particulières sont nécessaires afin d'écarter des patientes présentant une thrombophilie.

    Enantone : Effet sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

    Les effets d'ENANTONE L.P. 11,25 mg sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés. Les vertiges, les troubles de la vue, la faiblesse des membres inférieurs et la somnolence étant des effets indésirables possibles du traitement ou la conséquence de la maladie sous-jacente, l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines peut être altérée.

    Source : http://www.santepratique.fr/medicaments-enantone-lp-11-25-mg-microspheres-solution-usage-parenteral-lp-boite-1-flacon-poudre-dispositif-ampoule-solvant-2-ml-cip-3757531-utilisation.html

     


    votre commentaire
  • Enantone lp 11 25 mg : Effets indésirables

     

    Dans tous les cas :

    Altération d'humeur, dépression ont été fréquemment observées lors des traitements à long terme et peu fréquemment lors des traitements à court terme.

    Comme avec d'autres agonistes de la GnRH, de très rares cas d'apoplexie hypophysaire ont été rapportés au cours de la première administration chez des patients porteurs d'un adénome hypophysaire.

    De très rares cas de développement d'adénomes hypophysaires ont été décrits lors des traitements par agonistes de la LH-RH.

    De très rares cas de réactions anaphylactiques ont été rapportées (urticaire, angioedème et exceptionnellement choc anaphylactique) aussi bien chez les adultes que chez les enfants traités par la leuproreline.

    Endométriose :

    Les effets indésirables rapportés avec une fréquence supérieure ou égale à 0,5 % chez des patientes recevant de la leuproréline sont listés ci-dessous selon la classification MedDRA (par classe organe et de fréquence absolue). Les fréquences sont définies comme suit: très fréquent (>1/10), fréquent (>1/100, <1/10), peu fréquent (> 1/1 000, < 1/100), rare (> 1/10 000, < 1/1 000), très rare (< 1/10 000), cas isolés, non connus (ne pouvant être estimés à partir des données disponibles).

    Investigations :

    Fréquent: prise de poids, perte de poids.

    Peu fréquent: augmentation de l'alanine aminotransférase, augmentation de la lactico déshydrogénase, augmentation du phosphore sanguin, augmentation des triglycérides.

    Affections cardiaques :

    Peu fréquent: palpitation.

    Affections du système nerveux :

    Très fréquent: céphalées.

    Fréquent: étourdissements, paresthésies, hypertonie.

    Peu fréquent: hypoesthésie.

    Affections oculaires :

    Peu fréquent: trouble visuel, amblyopie.

    Affections gastro-intestinales :

    Fréquent: nausées, douleur abdominale, constipation.

    Peu fréquent: flatulence, bouche sèche, vomissement, diarrhées.

    Affections du rein et des voies urinaires :

    Peu fréquent: dysurie.

    Affections de la peau et du tissu sous-cutané :

    Fréquent: sueurs, acné, éruption, sécheresse cutanée.

    Peu fréquent: séborrhée, alopécie, trouble du cheveu, ecchymose.

    Affections musculo-squelettiques et systémiques :

    Fréquent: arthralgie, raideur des épaules, douleur dorsale.

    Peu fréquent: douleur de la nuque, myalgies, raideur de la nuque, arthropathie.

    Troubles du métabolisme et de la nutrition :

    Peu fréquent: hypercholestérolémie, anorexie.

    Affections vasculaires :

    Très fréquent: bouffées de chaleur. ----> Check !

    Troubles généraux et anomalies au site d'administration :

    Fréquent: asthénie, douleur, oedème périphérique, douleur au point d'injection, induration au point d'injection, douleur thoracique.

    Peu fréquent: frissons, fatigue, rougeur au point d'injection.

    Affections des organes de la reproduction et du sein :

    Très fréquent: vaginite.

    Fréquent: sécheresse vaginale, douleur mammaire.

    Peu fréquent: douleur pelvienne, atrophie mammaire, leucorrhée.

    Affections psychiatriques :

    Très fréquent: trouble du sommeil.

    Fréquent: altération d'humeur, depression lors des traitements à long terme, instabilité émotionelle, diminution de la libido, nervosité.

    Peu fréquent: anxiété, confusion.

    Instauration du traitement :

    L'instauration du traitement peut s'accompagner d'une exacerbation des symptômes de l'endométriose (douleurs pelviennes, dysménorrhée) qui peut être observée lors de l'augmentation initiale et transitoire du taux plasmatique d'estradiol; ces signes disparaissent en une à deux semaines.

    La survenue de métrorragies peut être observée dans le mois suivant la première injection.

    En cours de traitement :

    Les effets les plus fréquemment rapportés: bouffées de chaleur, céphalées, sécheresse vaginale, diminution de la libido, trouble de l'humeur et dyspareunie sont liés au blocage hypophyso-ovarien.

    L'utilisation prolongée entraîne une perte osseuse, facteur de risque d'une éventuelle ostéoporose.

    Dans le cadre d'un traitement de l'endométriose associant Enantone à une hormonothérapie de substitution (« add-back therapy »), on note également des métrorragies.

    Source :http://www.santepratique.fr/medicaments-enantone-lp-11-25-mg-microspheres-solution-usage-parenteral-lp-boite-1-flacon-poudre-dispositif-ampoule-solvant-2-ml-cip-3757531-precautions.html

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique